Please reload

Donne ta touffe !

28/03/2018

 

L'identité ne passe pas que par les cheveux

 

Cet article est également publié en français, en allemand et en anglais sur le site de ZeroWasteSwitzerland. Allez y faire un tour !

 

Découverte : mon amie Gergana, rencontrée à Dublin, m'a raconté avoir donné ses cheveux afin de créer des perruques pour les personnes atteintes du cancer. C'est seulement un an plus tard que j'ai eu le courage de m'intéresser aux options disponibles près de la Suisse.

 

Coupe d’éclat, action permanente belge organisée par la campagne nationale de Lutte contre le cancer Think Pink, permet de faire intelligemment don de ses cheveux. Le principe est simple : envoyer ses mèches pour la création de perruques et afin de soutenir les personnes atteintes du cancer.

 

L’idée va au-delà des mèches dans leur matérialité, car il s’agit aussi de dédramatiser la perte de cheveux causées par les différents traitements. Les constructions de genre conditionnent la plupart des gens à associer la féminité à une belle et longue chevelure, ce qui peut être difficile à vivre pour les personnes qui doivent se raser la tête pour des raisons médicales. En effet, d’après coupe d’éclat, plus de la moitié des femmes atteintes du cancer trouvent que l’étape la plus douloureuse de leur maladie est la perte de leurs cheveux. Comme l'affirme si bien l'auteure nigérienne Chimamanda Ngozi Adichie, « hair is politial » (les cheveux, c'est de la politique). L’initiative de se couper les cheveux par choix permet de défaire les idées reçues néfastes et d’ériger une nouvelle définition de la féminité.

 

Les conditions de participation se résument en un point : avoir des mèches d’une longueur d’au moins 25 centimètres. Cheveux naturels, gris ou colorés, tous sont les bienvenus, tant qu’ils sont propres et secs. Il suffit de demander à son coiffeur habituel de couper une queue de cheval ou une tresse, puis de l’envoyer soi-même par la poste, dans un sac plastique.

 

Les cheveux sont ensuite transférés par des bénévoles à des perruquiers belges ; il leur faut environ six queues de cheval pour créer une perruque. En plus des mèches, les contributions financières sont les bienvenues. Ce genre d’action est également organisé en France (Solidhair), au Royaume-Uni (Little Princess Trust) et au Canada (Pantene). La Suisse, quant à elle, a récemment vu se terminer l’aventure de CHauve pour la bonne cause, qui, pendant cinq ans, a assuré l’acheminement de nombreuses chevelures jusqu’à un partenaire perruquier en suisse-allemande. Merci à eux ! La formation d’une nouvelle association de ce type du côté helvétique ferait beaucoup d’heureux·ses.

 

La démarche peut séduire à plusieurs niveaux et s’inscrit également dans le mouvement zéro déchet, qui prend de plus en plus d’ampleur ces dernières années. Une occasion en or de faire preuve de générosité qui ne demande pas beaucoup d'efforts : pourquoi se priver d’être utile quand on a de toute façon envie de changer d’identité capillaire ?

 

 

Share on Facebook
Please reload

Please reload

Catégories
Posts récents
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now